TECHNOLOGIES UTILISÉES POUR L’ACCÈS À L’EAU

La durabilité est au cœur de l’approche déployée par ONE DROPMC dans les pays en développement. Notre objectif ultime est de contribuer de façon durable à l’amélioration des conditions de vie des populations. Chacune de nos actions est conçue en fonction de cette vision à long terme.

Le choix des technologies est donc effectué avec soin, en tenant compte de différents facteurs. D’abord, la compréhension du contexte local est primordiale puisqu’elle permet d’évaluer de façon juste les besoins réels des populations, de même que leurs préférences et leurs attentes, qui sont teintées par les valeurs, les mœurs et la culture régionales. À titre d’exemple, les communautés d’Amérique centrale sont généralement organisées sur une base familiale alors qu’en Afrique le mode de gestion privilégié est plus souvent communautaire. Lors de nos projets au Nicaragua, au Honduras et au Salvador, nous fournissons donc à chaque famille participante un filtre à eau en céramique ou en plastique leur permettant d’éliminer la quasi-totalité (99 %) des bactéries présentes dans l’eau. À l’occasion de notre projet au Burkina Faso, nous avons plutôt privilégié la construction et la rénovation de points d’eau communautaires (puits munis d’une pompe manuelle). Au Guatemala, l’eau est acheminée jusqu’aux habitations grâce à un système de conduites. La prise en considération des spécificités locales favorise l’utilisation optimale et l’appropriation des infrastructures et des technologies.

La disponibilité locale des matériaux et des pièces de remplacement figure également parmi les critères de sélection des technologies utilisées lors de nos projets puisqu’il s’agit d’un facteur clé de durabilité. De fait, si les différents éléments sont offerts à un prix abordable, l’entretien et la réparation des installations s’en trouvent grandement facilités, ce qui permet de maintenir la pleine fonctionnalité de celles-ci. Dans nos projets en Amérique centrale, nous construisons des fours écoénergétiques, qui permettent une amélioration de la santé respiratoire et une diminution de la consommation de bois. Ils sont faits d’argile, une matière première disponible en abondance localement. Une formation est dispensée à certains bénéficiaires pour qu’ils apprennent à construire eux-mêmes les fours, savoir-faire qu’ils transmettent ensuite à leur tour. En Inde (Odisha), les systèmes de purification de l’eau par électrochloration fonctionnent avec du sel, un ingrédient qui est lui aussi facilement accessible sur le marché. Les bénéficiaires ont mis sur pied un fond communautaire permettant d’en financer l’achat, ce qui démontre leur volonté d’assurer le bon fonctionnement des dispositifs.

La disponibilité d’une main-d’œuvre possédant les qualifications nécessaires pour assurer l’entretien continu des infrastructures mises en place est elle aussi importante. En Inde (Bihar), notre partenaire Water for People a développé un réseau de techniciens mobiles baptisés Jalanbandhus (amis de l’eau), qui sont formés pour assurer l’entretien continu des infrastructures d’eau (pompes manuelles) et d’assainissement (latrines). Leur connaissance approfondie de la chaîne d’approvisionnement leur confère une grande efficacité et permet une meilleure fonctionnalité des installations.

Les technologies employées pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement varient donc d’un pays d’intervention à l’autre en fonction du contexte. En règle générale, nous privilégions les équipements abordables à faible contenu technologique, faciles à installer, à utiliser et à entretenir. Ils doivent être jugés acceptables par la population, et être conçus de façon durable, afin d’assurer les effets à long terme de notre action sur le terrain.