Skip to contentSkip to navigation
Nouvelles

Maintenant plus que jamais, nous devons ne faire qu’un

Projet Ji Ni Beseya - Crédit WaterAid - Basile Ouedraogo

Guy Laliberté, fondateur de One Drop, sur l’importance de s’unir face à la pandémie

20 mars 2020

Par : Guy Laliberté et l’équipe de la Fondation One Drop

La pandémie à laquelle nous sommes confrontés à l’heure actuelle bouleverse le monde entier. Elle affecte toutes les sphères d’action, des affaires aux arts, en passant par le développement international. Elle affecte notre façon d’interagir, notre façon de travailler, notre façon de vivre.

Lorsque j’ai fondé One Drop, j’avais la vision d’un monde meilleur et de conditions de vie meilleures pour tous. Mon équipe et moi n’avions pas projeté à cette époque que près de treize ans plus tard, notre mission liée à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène revêtirait une importance aussi critique à l’échelle planétaire.

Une chose était cependant déjà évidente. Tous les problèmes auxquels le monde fait face — pauvreté, éducation, justice sociale, développement économique, environnement, égalité des genres, sécurité alimentaire, santé — ont un point commun : l’accès à l’eau.

Et aujourd’hui, face à cette pandémie sans précédent, le monde ne peut que réaliser à quel point le lavage des mains avec de l’eau et du savon est l’une des meilleures mesures préventives pour sauver des vies.

Une grande partie de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau, à du savon, ou même à des toilettes. Moins de la moitié des établissements de soins de santé des pays les moins développés n’ont pas un accès suffisant aux services d’eau basiques1. Une telle situation ne met pas seulement les patients et les prestataires de soins de santé à risque de contracter la COVID-19, mais aussi des communautés entières.

Imaginez que vous êtes malade ou enceinte et que vous nécessitez des soins médicaux. Maintenant, imaginez que votre clinique médicale n’a ni eau potable ni savon pour permettre aux infirmières et aux médecins de se laver les mains. Iriez-vous à cet établissement pour obtenir de l’aide? Et si vous étiez médecin ou infirmière? Vous y rendriez-vous pour travailler? Et pendant une pandémie?

Donner aux communautés vulnérables ce dont elles ont besoin pour une hygiène adéquate est vital. Littéralement. Mais nous ne pouvons pas relever le défi en nous contentant de creuser des puits et de construire des stations de lavage des mains ou des toilettes. Nous devons également nous unir pour promouvoir un changement de comportement afin de veiller à ce que les prestataires de soins de santé et les patients du monde entier aient les moyens de faire le nécessaire pour prévenir la contagion.

Et nous devons faire preuve d’ouverture aux solutions créatives, particulièrement celles qui se sont avérées efficaces et qui sont encouragées par des organisations de premier plan telles que les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la Santé.

Actuellement, le coronavirus se propage rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et nous pouvons convenir que le temps est venu d’agir, ensemble.

Dernièrement, nous avons vu 1,3 milliard de personnes en Inde2 — un cinquième de la population mondiale — se faire ordonner de demeurer chez elles. La situation dans le pays était déjà critique puisque 42 pour cent de ses établissements de soins de santé ne disposent pas d’installations pour l’hygiène des mains3. Imaginez l’étendue de la propagation du virus dans une population déjà vulnérable. Et la situation n’est pas plus reluisante en Afrique subsaharienne, où quatre personnes sur dix ne peuvent pas laver leurs mains à domicile4. Nous devons augmenter nos interventions dans ces régions.

Nous avons pu constater à quel point la santé mondiale a un impact direct sur tous les pays et, plus important encore, sur le bien-être de tous. Nous sommes tous liés, peu importe où nous nous trouvons sur la planète, et nous avons une responsabilité les uns envers les autres. La nécessité de protéger les populations du monde entier n’a jamais été aussi flagrante. Nous devons nous montrer prévoyants et réfléchir aux prochaines étapes. Il y a eu un avant coronavirus, et il y aura un après-coronavirus. Nous devons nous préparer dès maintenant à l’après afin d’être en mesure d’apporter un changement positif. Nous serons alors prêts à faire front commun contre le prochain défi mondial en matière de santé.

Imaginez un monde où nous sommes tous soignés en sécurité en cas de crise médicale. Imaginez un monde sans obstacle à l’hygiène de base, où les médecins et les infirmières peuvent mener à bien leur mission : sauver des vies.

Face à cette pandémie, nous devons nous unir, tous autant que nous sommes. Maintenant plus que jamais, nous devons agir ensemble. C’est le moment pour toutes les sphères d’action, des affaires aux arts, en passant par le développement international, d’unir leurs forces et de partager leurs ressources et leur expertise. Nous ne faisons qu’un. Alors, travaillons à un avenir meilleur, ensemble, unis.

1 WASH in health care facilities: Global Baseline Report 2019
2 New York Times, May 24 2020
3 Joint Monitoring Programme 2019
4 Joint Monitoring Programme 2017

Url Copié