Skip to contentSkip to navigation
Secteurs d'activité

L'importance d'amplifier les voix des femmes durant la crise de l'eau

Crédit : Raisa Mirza

L’Inde est confrontée à une crise majeure d’accès à l’eau. Dans tout le pays, les collectivités subissent un stress hydrique important et les sécheresses sont devenues un phénomène récurrent dans de nombreux États. La disponibilité annuelle d’eau par habitant devrait être réduite à 1 140 m3 d’ici 2050, ce qui est très proche du seuil officiel de pénurie d’eau qui est de 1 000 m3. On s’attend à ce que la demande globale en eau dans ce pays soit deux fois plus grande que l’offre d’ici 2030.1 Les changements climatiques réduisent les ressources en eau du pays et poussent ses habitants au bord du gouffre.

Cette réalité affecte des millions de personnes, mais les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée en raison des normes sociales existantes. Puisque les conditions de vie sont de plus en plus difficiles, les femmes cherchent à la fois des provisions immédiates et des solutions durables pour répondre à leurs besoins essentiels.

Le modèle A·B·C pour la durabilitéMC de la Fondation One Drop fait la promotion d’un environnement holistique. Dans celui-ci, trois composantes (accès, changement de comportement [behaviour change] et capital) sont en synergie afin de réduire les obstacles et de favoriser les facteurs de motivation d’un changement durable. Avec ces systèmes en place, l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène (EAH) peut être renforcé par l’adoption et la pratique de comportements clés, comme le lavage des mains avec de l’eau et du savon et l’utilisation de latrines domestiques. Au-delà des comportements, l’établissement d’environnements dans lesquels la population peut agir de manière autonome est essentiel pour engendrer un impact durable.

Depuis 2014, les actions de la Fondation One Drop en Inde ciblent la mise en action de processus axés sur les personnes et la co-création d’environnements favorables aux changements de comportement durables et à des systèmes d’EAH résilients. Les activités d’Art social pour le changement de comportementMC (SABC) favorisent le dialogue avec les collectivités et les artistes marginalisés, ainsi qu’avec les fonctionnaires et les décideurs politiques. Ces activités servent d’espaces créatifs et interactifs pour que les gens partagent leurs préoccupations liées à l’accès aux services de base et à la pratique de comportements sains.

Comme nous l’avons vu dans le cadre de nos ateliers, l’art social aide à identifier les facteurs de motivation et les obstacles ainsi qu’à aborder des normes sociales autrement invisibles. Récemment, des ateliers SABC ont été organisés avec des groupes communautaires au Bihar et au Rajasthan pour tenter de comprendre comment ne pas laisser pour compte des populations vulnérables. Ces séances de discussions et d’activités ont duré plus de 6 heures et étaient animées par M. Ramlal Bhat, partenaire d’art social, avec le soutien des équipes locales et d’un coordinateur SABC. Après quelques activités pour briser la glace, les participants ont discuté de leurs expériences et défis relatifs à l’eau, et des émotions que ces sujets suscitent en eux.

L'art social est fondé sur le principe que la participation et l'action sont assurées par l'art et implique les communautés dans la création d'un art en phase avec les cultures et les langues locales. Les discussions de groupe ont fait émerger des idées qui sont devenues le centre des créations artistiques de la communauté. Ainsi, les participants ont illustré ces thèmes et ces expériences sur de longues pièces de tissu. Dans d’autres ateliers, les participants ont co-créé des spectacles artistiques avec des chanteurs folkloriques, des conteurs, des peintres, des artisans du théâtre et des musiciens de la région.

« J’étais heureuse de jouer le rôle d’un puits dans la pièce. Je n’ai pas aimé quand il s’est asséché. Les femmes, surtout, doivent surmonter de nombreux problèmes. Des problèmes liés aux puits et aux pompes manuelles, puis des problèmes relativement aux personnes qui détiennent le pouvoir. Nous tentons d’apprendre un certain nombre de choses par l’entremise du théâtre. » - Participante à Gaya, au Bihar

La cartographie des ressources basée sur l’art participatif et la cartographie émotionnelle au moyen de la peinture ont permis à tous les participants de s’exprimer, d’observer des tendances communes et de tisser des liens. Ces activités artistiques engendrent des interactions positives qui encouragent les participants de la collectivité à réfléchir, à agir et à s’engager dans un débat.

Comme les femmes et les filles sont les premières à subir les problèmes climatiques, leurs voix doivent être au cœur de tout débat. Les processus artistiques comme SABC favorisent la réflexion et le dialogue, notamment entre les membres de la collectivité qui appartiennent à des classes, des castes, des tranches d’âge et des sexes différents. Dans ce contexte, les participants peuvent également aborder les inégalités sociales qui les empêchent de pratiquer des comportements sains. En revanche, l’adoption de ces comportements est quasi impossible sans un accès efficace aux ressources. Comme cet obstacle ne peut être surmonté exclusivement grâce à l’art social, l’approche SABC doit s’inscrire dans une opération systémique, qui ne largue pas sur les épaules des individus la responsabilité du changement. L’approche doit, au contraire, impliquer les individus dans des processus participatifs pour repenser et remodeler les systèmes dont ils font partie.

Changeons leurs histoires, ensemble
Donnez pour un changement durable

Continuez votre lecture

Url Copié