Skip to contentSkip to navigation
Connaissances

L’importance de reconnaître les personnes responsables du nettoyage et leur contribution clé aux soins de santé

L’importance de reconnaître les personnes responsables du nettoyage et leur contribution clé aux soins de santé
Un investissement dans leur avenir, et le nôtre.

Imaginez un métier où, chaque jour, vous avez l’impression de mettre votre vie en danger. Votre rôle consiste à assurer la sécurité des personnes qui vous entourent et à réduire leur risque de contracter une infection, mais vous n’avez ni la formation ni les outils de base nécessaires pour effectuer votre travail adéquatement.

C’est la réalité de nombreuses personnes responsables du nettoyage d’établissements de soins de santé dans le monde. À cela s’ajoute une statistique désolante : un établissement de soins de santé sur quatre n’a pas un accès suffisant aux services d’eau basiques, ce qui expose 1,8 milliard de personnes à des risques d’infection1. La mission de la Fondation One Drop est de fournir un accès durable à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène (EAH) pour certaines des communautés les plus vulnérables au monde. Comment les patients peuvent-ils s’attendre à un environnement sûr, à des conditions hygiéniques et à des soins de qualité si les établissements de soins de santé n’offrent pas de services d’EAH? Les responsables du nettoyage sont des travailleurs de la santé de première ligne. Du lavage des surfaces à la manipulation et l’élimination en toute sécurité des déchets médicaux, le nettoyage, ainsi que la prévention et le contrôle des infections (PCI) reposent sur eux.

Malheureusement (ou heureusement, c’est selon), la pandémie a braqué les projecteurs sur la gravité de ce problème mondial et fourni une tribune pour lancer la discussion. Dans leur incontournable document de travail Time for a renewed focus on the role of cleaners in achieving safe health care in low- and middle-income countries (2021), Storr, Kilpatrick et Lee donnent un aperçu du contexte actuel et, s’appuyant sur les données, les directives et les initiatives existantes, proposent cinq éléments à améliorer2 en vue de favoriser et garantir un environnement sûr et propice aux soins de santé.

Les auteurs soulignent l’importance pour les secteurs d’EAH et de la santé de se mobiliser pour les nettoyeurs, et pas qu’en contexte de pandémie. Dans leur document, ils présentent des éléments clés pour protéger cette main-d’œuvre sous-estimée et exclue3, dans une optique inclusive, participative et fondée sur les besoins, qui se rapproche énormément des valeurs et de la vision de la Fondation One Drop et du fondement de son approche d’Art social pour le changement de comportementMC (SABC). Nos activités d’art social nous permettent d’engager la conversation avec les groupes de priorité, tels que les nettoyeurs, et d’explorer les barrières et les facteurs de motivation au changement de comportement selon les normes, et au maintien de ce changement. Ce processus artistique participatif est conçu pour susciter une réaction émotionnelle, ouvrir le dialogue, puis déclencher et soutenir le changement.

One Drop soutient le projet Saniya So+ au Burkina Faso, en partenariat avec l’Espace Culturel Gambidi, qui a animé une activité SABC de portrait photo avec des professionnels de la santé et des leaders de la communauté pour illustrer le rôle de divers travailleurs, y compris les nettoyeurs, essentiels au bon fonctionnement du système de santé. En plus de démontrer le rôle important de tous les travailleurs de la santé pour garantir des soins de santé de qualité, l’exposition de portraits mettant en valeur des comportements d’hygiène et d’assainissement a fourni un espace de dialogue entre les travailleurs et une occasion de réflexion introspective. Pour Pascaline, responsable du nettoyage dans un établissement de soins de santé, voir sa photo exposée avec celles des autres travailleurs lui a permis de faire le lien entre son rôle et les autres au sein de l’établissement. Elle a maintenant une nouvelle perspective sur la valeur et l’importance de son travail pour garantir un environnement hygiénique et sanitaire.

Le problème va au-delà de l’accès aux services d’EAH puisque les infrastructures ne garantissent pas à elles seules la qualité des soins de santé. Comme le laissent entendre Storr et al., il faut changer les systèmes et modifier les normes comportementales et sociales. Les responsables du nettoyage ne peuvent plus être négligés et doivent être reconnus comme des contributeurs clés aux soins de santé. Ils doivent recevoir une formation, de l’équipement et des installations de lavage des mains adéquates pour favoriser la santé de tous : patients, collègues et, bien sûr, eux-mêmes.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF ont déployé de grands efforts pour souligner le travail important des personnes responsables du nettoyage, notamment en publiant les résultats de l’état mondial des services d’EAH dans les établissements de soins de santé, en rédigeant des propositions de mesures à prendre, en élaborant de nombreuses directives, en définissant des normes et des standards, et en lançant des appels à l’action. Ces efforts ont donné naissance à un mouvement qui réunit les secteurs d’EAH et de la santé et qui intensifie la collaboration et l’impact. La note d’orientation4 de Global Water 2020 détaille 12 actions pratiques que les partenaires, les gouvernements, les sociétés civiles, les alliés et les donateurs peuvent entreprendre pour promouvoir le rôle essentiel des personnes responsables du nettoyage dans la sécurité des soins de santé.

C’est le moment de faire bouger les choses et de s’occuper de cette main-d’œuvre négligée et sous-rémunérée. Ensemble, nous pouvons transformer l’eau en action dans les établissements de soins de santé et les communautés du monde entier et assurer la santé et la sécurité de tous.

Inscrivez-vous à l'infolettre

À propos de l’auteure :
Lauren Alcorn est directrice au sein de l’équipe des programmes internationaux de One Drop, où elle supervise des projets et partenariats depuis 10 ans. Elle a commencé à travailler dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène il y a 15 ans, après avoir créé un mouvement jeunesse sur l’eau en tant que droit humain. Aujourd’hui, elle pilote le programme en Inde et est porte-parole des initiatives EAH de l’organisation dans les établissements de soins de santé, mettant de l’avant sa passion pour l’égalité et l’inclusion des autochtones et des genres. Lauren détient un MSSc en développement et relations internationales de l’université d’Aalborg, au Danemark.

Continuez votre lecture

Url Copié